Robe Ida Mum par Ikatee X Petites choses

Cette robe porte bien son nom… De nouveau une robe parfaitement adaptée à mes mensurations de grossesse et cela sans trop de modification. C’est la première fois que je couds un modèle de la marque Ikatee. Pour ce premier essai, j’ai joué la sécurité en partant sur un modèle relativement ample : j’ai choisi la robe Ida en collaboration avec l’instagrameuse Petites Choses. Avant de me lancer, j’ai lu beaucoup d’avis sur le sizing du modèle. Ce qui est régulièrement revenu dans les retours des couturières c’est l’étroitesse des emmanchures et des manches. J’ai pris ces alertes en considération avant de me lancer dans ma réalisation.

J’ai opté pour la version robe manches longues avec col victorien, la totale. Cette version peut vite devenir mémérisante si on se loupe dans le choix du tissu. J’ai donc pris pas mal de temps avant de choisir celui qui s’associerai à Ida. D’ailleurs, j’avais du temps devant moi avant d’attaquer la couture. J’ai en effet opté pour la version PDF du patron qui compte pas moins de 60 pages. Oui, 60 pages à imprimer, découper, scotcher puis découper. Si mes souvenirs sont bons, il m’a fallu une soirée et plusieurs épisodes de la série Dix pour cents, pour venir à bout de cette étape.

Pour le tissu, j’avais pas mal de choix dans mon stock : double gaze, tencel ou encore viscose. De peur de me louper et de gâcher l’un de mes précieux, je me suis rabattue sur un tissu trouvé en solde chez Cousette. Il s’agit d’un satin de coton au touché doux, au tombé parfait et avec un peu d’elasthane.

Côté couture

Je dois saluer le travail de la créatrice pour le soin apporté à la réalisation du livret d’explication. Celui-ci est complet, détaillé, précis et illustré. Cerise sur le gâteau, pour certaines étapes techniques (notamment la prise en fourreau) on peut se référer à une vidéo d’explication. Le montage du modèle est fluide et se fait assez rapidement. Les finitions sont très soignées, il y a très peu de pièces qui ont besoin d’être surfilée au final. C’est une caractéristique qui m’avait séduite chez Atelier Scämmit et qui me séduit à nouveau chez Ikatee, des finitions parfaites.

Comme préconisé dans le livret, j’ai allongé la robe de 5 cm comme je fais 1,75m. C’est juste ce qu’il faut après réalisation de l’ourlet. Autre point positif pour une grande fille comme moi, les manches sont délibérément longues pour permettre à chacune de les adapter à sa morphologie. Ça, c’est vraiment un bon point, car les manches « sautées » à devoir rallonger systématiquement c’est un peu agaçant.

J’ai été un peu étonnée cependant qu’on ne propose pas de thermocoller le pied de col. Finalement, comme préconisé ce n’est pas utile. Celui-ci se tient parfaitement et ne gondole pas.

Cette robe a vraiment tout pour plaire. J’ai beaucoup hésité entre la raboter en blouse et conserver la robe. Finalement après l’avoir étrennée quelques jours en robe je me suis décidée.

Modifications

Comme je vous le disais plus haut, j’avais lu qu’il fallait prendre garde à la largeur des manches. Ayant le bras fort, j’ai procédé à un agrandissement de la manche. Je me suis aidée d’un livre de couture pour le faire, mais il existe des tutos en ligne pour réaliser cette adaptation (ex : cette vidéo d’Elsa couture). En revanche, je n’ai pas touché aux emmanchures et je confirme qu’on est un peu étriqué dedans. A chaque mouvement, j’ai peur qu’elle craque (ex : dès que je veux porter mon fils xD). Elles méritent donc d’être élargie pour une prochaine version.

Mon avis

Je trouve que cette robe est très élégante, encore une fois le choix du tissu est très important. Ma version est un peu passe partout sage, pour une prochaine je choisirais de contraster avec de la broderie anglaise ou un plumetis noir. La robe a vraiment beaucoup, beaucoup d’ampleur. Dans mon cas actuel, étant enceinte de bientôt 8 mois, c’est parfait. Je suis à l’aise (si on fais abstraction des emmanchures) et j’ai toute la place qu’il faut pour respirer. En dehors de la grossesse en revanche, je pense que je réduirais la largeur pour ne pas avoir autant d’ampleur. Cela permettra aussi au modèle d’être moins gourmand en tissu…

Je suis vraiment très contente de cette réalisation et de cette première tentative chez Ikatee. Actuellement, j’hésite lourdement à craquer pour Louise, le second modèle également issu de la collab Ikatee X Petites Choses… Je continue à réfléchir, la suite au prochain épisode !

Mercerie

  • 3 m de satin de coton, Cousette
  • 1 bouton

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.